Les Parisiens

Les Parisiens, on dirait pas, mais sous leurs dehors un peu rustauds, ils sont aussi malins que le mec qui a eu l'idée de mélanger de l'eau chaude et de l'eau froide pour en faire de l'eau tiède. Hier par exemple, c'était le premier samedi de la rentrée. Le jour où il faut courir acheter le protège-cahier vert pour le prof de maths, le cahier jaune pour le français, et toutes les saloperies de trucs de merde qu'on pourrait remplacer par "feuilles volantes + pochette", mais non, il faut que les profs voient que les élèves ont tous leur cahier de la même couleur.

Les Parisiens, ils savent pas grand-chose, mais ils savent au moins qu'on peut trouver tout ça à Happy Time, et qu'il risquait d'y avoir du monde ce jour là.

En général le samedi, les gens font la grasse matinée, et ils commencent à arriver après le déjeuner et le journal, pour ne partir que quand La Voix, l'amie de tous les employés, leur dit que ça ferme et qu'il faut se casser, bande de moules.

Alors hier, comme un seul homme, les Parisiens ont eu une idée de génie : venir le plus tôt possible pour éviter la foule, bon sang mais c'est bien sûr ! Du coup, dès 9h30 le magasin était plein comme un oeuf, avec des hurlements d'enfants, des gens qui manquent de se battre pour une place à la caisse, du sang, de la sueur et des larmes, pour se vider comme par magie sur le coup de 18h30.

Les Parisiens, on la leur fait pas.